Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Nous allons fêter le Nouvel An, comme tous les ans ....

    PC263864.JPG

    L’heure approche à grands pas, comme si le temps s’accélérait le dernier jour de l’année.

    Nous allons fêter le Nouvel An, comme tous les ans, par tradition, pour rire du temps qui passe et enterrer une année sommes toutes  bien noire sinon grise.

    En ce jour où, beaucoup de choses sont permises à l’excès, prenons le temps de penser, à toutes celles et ceux qui n’ont pas notre chance. Ceux qui sont dans la rue, ceux qui sont dans la peine, ceux qui, parce qu’ils ont rencontré les accidents de la vie se sont endurcis et souvent emmurés au point de se retrouver seul effroyablement seul.

    Une pensée envers les gens qui souffrent,  ne nous empêche pas bien entendu de passer une bonne soirée et de se souhaiter mutuellement une bonne année 2011, ce que je vous souhaite à toutes et à tous.

    Nous vivons depuis plusieurs années une crise généralisée qui, au détour de la vie de chacun peut transformer l’Avenir en précipice.

    Le gouvernement en place n’a pas fait le choix d’une cohésion fraternelle au sein même de la société et c’est certainement le grand regret que j’aurai de l’année passée.

    Il y a eu la réforme des retraites, extrêmement brutale, contre laquelle nous avons combattu sans réussir à préférer d’autres choix. Je pense notamment à celles et ceux d’entre nous qui ont commencé à travailler très jeune et qui seront obligés d’attendre jusqu’à 62 ans, ils cotiseront plus que les autres. Et à toutes ces femmes qui ont eu des carrières interrompues parce qu’elles ont élevé leurs enfants, et qui seront obligées d’attendre 67 ans pour avoir leur retraite à taux plein.

    La politique économique et sociale du gouvernement  guerroie avec les différentes couches de la société en les éloignant minutieusement, les une des autres.

    C’est de plus en plus intolérable que l’écart entre les moins riches et les plus riches ne cesse de s’aggraver et que rien n’est fait contre les bonus, les traders, les paradis fiscaux, les rémunérations mirobolantes, les parachutes dorés. Nous aurons le devoir de lutter contre les injustices et contre les inégalités, lorsque nous serons appelés aux responsabilités.

    Il y a eu cette nouvelle respiration xénophobe qui nous ramène plus de 60 ans en arrière ; le débat sur l’identité nationale ou simulacre d’une quête de bouc-émissaires ? L’expulsion des Roms… La formulation d’expression par des élu(e)s de la République qui stigmatise les étrangers en tant que communauté et qui les rend responsables de tous nos malheurs… de l’insécurité… mais en fait ne servent qu’à diviser notre pays.

    J’espère que nous trouverons encore et toujours, le courage dans l’an nouveau, de poursuivre nos idéaux pour notre République Laïque, une et indivisible. Nous aurons à nous montrer forts contre les injustices, contre les dérives et ces dévoiements de notre République. La laïcité  justement qui a été très souvent piétinée et à toutes ces valeurs auxquelles nous sommes attachées de fraternité et d’égalité.

    Je formule le vœu que 2011 soit une année de paix et d’enrichissements  réciproques et que dans l’unité nous préparions ensemble une autre société, une autre France.

    Notre projet fait de valeurs et de  traditions représente une alternative possible, une autre politique pour nos concitoyens, un projet qui redonne de l’espoir, de l’ambition, des perspectives crédibles et une ligne d’horizon qui puisse répondre aux problèmes quotidiens du plus grand nombre.

    Mon engagement, aujourd’hui comme hier ainsi que mes vœux pour demain ne sont que l’aspiration d’un bonheur que l’on se souhaite de manière traditionnelle sous le gui.

    Que cet esprit empreint d’utopie anime votre soirée et allume ou entretienne votre flamme militante. La soirée de Noël, nous avons vu briller des milliers d’étoiles dans les yeux de nos enfants, je souhaite que 2011 soit une année de construction éclairée pour leur préparer un avenir optimiste, utopiste et lucide.

    Bonne Année 2011

    Liberté, Egalite et que la Laïcité nous permette de vivre une Fraternité retrouvée.

     

  • Donnons un leadership fort à l’Union Européenne

    L’Europe est malade et en ces temps de vœux chers à tous citoyens, nous pourrions développer  un nouvel esprit, offrir des idées neuves et faire faire un bon en avant à notre bonne vieille Europe.

    Donnons un leadership fort aux fonctions importantes de l’Union Européenne en nommant un Président Européen de forte stature pour unifier sur le plan social, religieux et philosophique. L’Europe n’est pas que financière et sa construction est loin d’être aboutie.

    La confusion politique, sociale et religieuse est grande, l’Europe souhaitable est une Europe où les croyances religieuses et philosophiques sont un droit pour tous mais le devoir de personne, et encore moins une obligation générale de la société en tant qu’ensemble.

    Notre bonne conscience multiculturelle qui s’oppose au christianisme exclusif non pas au nom de la laïcité démocratique, mais pour défendre d’autres dogmes religieux qui se prétendent eux aussi supérieurs aux lois civiles et plus encore à la version occidentale des droits de l’homme.

    L’espace politique radical et par conséquent laïc, où les lois civiles sont au-dessus de n’importe quelle considération déiste, ethnique ou culturelle. Un espace, où la distinction entre ce que certains considèrent comme un péché et ce que nous devons tous juger comme un délit est clair.

    Une Europe du talent sans frontières, et pas seulement des salaires et du profit.

    Les pays européens ne doivent pas rester ensemble que pour les aspects initiaux de la construction Européenne. Ils doivent aussi élaborer des plans  sociaux, culturels et économiques à longs termes.

    Ces projets communs au sein d’une entente dans des valeurs démocratiques partagées doivent nous conduire vers une Europe qui défend et représente les citoyens, et moins les territoires, une Europe qui protège beaucoup plus les droits politiques (et les devoirs) et les garanties juridiques. Une Europe qui assure l’intégrité des Etats de droit démocratiques actuels face aux revendications ethniques qui divisent toujours plus. Une Europe de la liberté annexée à la solidarité. Ce n’est pas l’Europe retranchée derrière ses bénéfices dont nous avons besoin, mais d’une Europe ouverte, désireuse de coopérer, d’aider et de partager. L’Europe de l’hospitalité rationnelle et réfléchie.

    L’Union européenne doit être cette union qui réunit les conditions qui semblent aujourd’hui bien compromises.

    Cette Union européenne a besoin d’Européens et d’Européennes, capables d’apporter de nouvelles sources au ruisseau pour contrer les politiciens européens à la vue courte, pour contrer les leaders des groupes nationalistes, les partisans d’un protectionnisme rigoureux vis-à-vis de l’extérieur et d’un libéralisme extrême à l’intérieur qui se figent dans leurs retranchements les plus exclusifs.