Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • A ne plus vouloir entendre, on devient sourd.

    Le président Sarkozy fait la sourde oreille face au vacarme de la rue.

    Il ne veut pas entendre le peuple qui gronde,  qui ? a vu d'ailleurs, une manif en France depuis qu'il est Président. Il veut aller jusqu'au de son idéologie du grand capital.

    Deux sociétés se font front, comment sortir de ce cauchemard pour notre avenir, pour notre devenir en retraite. Justement, battra-t-il retraite ? Les textes sont trop avancés pour qu'il baisse la garde. Il souhaite aller jusqu'au bout de son projet de société, c'est la privatisation à tout va. depuis maintenant 3 ans les Français subissent un Président omniprésent avec des idées pas forcément abouties et réfléchies, la preuve.

    Il dilapide les acquis sociaux et assure aux entreprises un meilleur fonctionnement avec des personnels corvéables à merci, avec un temps de travail globalisé ;l'annualisation du temps de travail est la réponse du Medef aux 35 heures.

    Il élimine progressivement la fonction publique et la réduit à une peau de chagrin... avec un service public qui ne peut plus assurer ses missions envers les citoyens. L'Education Nationale, la Poste et tous les services payant aujourd'hui lorsque vous souhaitez des informations au sein des préfectures, l'assurance-maladie, etc...

    Il repousse l'âge de départ à la retraite, le travailler plus et plus longtemps pour combler les trous béants fait par les fonds de pensions et les grands argentiers publics et privés dans la nébuleuse crise financière. L'aide (Européenne) apportée aux banques et payée avec nos impôts n'a eu qu'un résultat ; les enrichir davantage et plus rapidement. Il faut que ça continu !!!

    Il élimine la pub à la télévision sur les chaînes publiques après 20h30, le financement en contre-partie n'est en aucune manière envisagé. Rien n'est calculé, rien n'est prévu, si ce n'est l'enrichissement des fortunes françaises et des grands groupes financiers, (ses amis).

    Il élimine chaque trimestre des centaines de médicaments des listes de remboursement de la sécurité sociale. Vraiment, les malades n'ont pas de chance ,c'est de leur faute ... il faut leur faire payer !!!

    Il détermine des faciès pour renvoyer les étrangers chez eux. Les opérations commando des milices les renvoient vivre leur misère ailleurs à coup de rentes et de billets d'avions qui vont à l'encontre du Grenelle de l'environnement. Il gère à coup de taxe carbone et de coups d'épée dans l'eau... Serait-il resté un grand gamin qui n'aime que barboter et faire des vagues ?

    Ces réformes n'en sont pas. Derrière une réforme, il y a une architecture, une construction et des fondations. Chez lui, c'est inexistant, il fait un vide, il fait LE VIDE. Il tue l'Avenir de nos enfants, de vos enfants. Pour les élections présidentielles  2012, nous pouvons espérer qu'il fasse le plus grand bide pour le bien du pays.

    Nous serions tentés de demander la démission de cet homme qui n'a pas de points communs  avec ses illustres prédécesseurs.

    Nous serions tentés de demander la dissolution de l'assemblée Nationale. N'attend-t-il pas cela pour revenir en force après deux années d'alternance ?

    Nous l'avons compris, c'est un président qui ne construit pas, c'est un destructeur, un révolutionnaire de droite, voire de l'extrême. Dans 2 ans, ce président d'une terre brûlée où plus grand chose ne poussera, sera au terme de son mandat. Laissons-le finir son funeste mandat, même s'il nous en coûte tous les jours, même si le pénible se transforme en cauchemard et devient insoutenable.

     Nous savons que la nature reprend toujours ses droits, il suffit d'une averse sur une terre arride ou brûlée pour voir poindre une herbe verte, synonyme d'oxygène, de respiration, de souffle en un mot d'avenir.

     

     

  • Démocratie & République bafouées = Le chaos est à notre porte

    Lorsque la République a été bafouée pendant plusieurs années avec les mots que l'on connaît dans la bouche d'un Président-chevalier d'un ordre religieux. On peut s'attendre au pire, quand celui-ci s'attaque au symbole même de notre République : la démocratie.

    Le devoir de résistance des Français a déjà fait ses preuves sous d'autres générations, j'ose espérer que notre jeunesse et nous mêmes seront assez forts pour répondre une nouvelle fois aux atteintes de notre liberté.

    Les coups de bouttoirs du pouvoir en place ne sont plus acceptables, les Français se sont assoupis peut-être, et même si certains se sont endormis d'autres veillent à l'héritage de notre République. Nous ne laisserons pas balayer 200 ans d'histoire et de souffrance. La société d'aujourd'hui nécessite adaptations et progrès, mais en aucun cas, les efforts portés par nos anciens pour améliorer la vie de leurs enfants ne doivent pas être réduits à néant. Ce "Président" use de plus en plus de méthodes de dictateur vendu à une société basée sur l'argent et le pouvoir de groupes financiers et de patrons qui poursuivent inlassablement leur enrichissement sur le dos des travailleurs, fussent-ils en cols blancs.

    Notre société a toujours su trouver des solutions pour mettre en lumière le progrès humain et l'entente de tous, aujourd'hui ce président n'a plus le droit de continuer sa trajectoire néfaste pour l'ensemble du pays. Nous devons le stopper avant qu'il ne soit trop tard pour plusieurs générations futures.

    Les élu(e)s du peuple au Sénat vont demander un référendum pour consulter les Français sur le projet de réformes des retraites. C'est une chance à saisir  pour montrer que depuis deux ans, le Président majoritaire en 2007 ne l'est plus aujourd'hui. Une démocratie se vit quotidiennement et il faut accepter de ne plus être majoritaire. C'est dans l'ordre de notre République, comme nos ancêtres ont chassé la monarchie, nous sommes prêts à relever le défi de chasser un dictateur.