Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • UNE RENTREE SUR DES BRAISES, D’AUTRES CHOIX SONT POSSIBLES POUR L’EMPLOI, LES SALAIRES ET LES RETRAITES

    Payer moins, faire payer plus !Le gouvernement, après avoir renfloué ou subventionné les banques, a choisi d’exaucer à nouveau les souhaits de la grande économie. L’objectif est double : transformer les services publics en marchés et faire des économies de cotisations patronales.

    EMPLOI et société

    La Réforme Générale des Politiques Publiques est la réorganisation des services publics,mais surtout  leur démantèlement ou leur privatisation. A l'Education Nationale, ce sont des réformes régressives, comme dans tous les ministères.

    La RGPP, c'est un vaste plan social. Depuis 2007, 100 000 départs en retraite n'ont pas été remplacés.

    Le Gouvernement entend poursuivre et supprimer encore au minimum 60 000 emplois .

    160 000 emplois supprimés, c’est autant de chômeurs en plus, c’est avant tout des conditions  de travail dégradées , c’est un service public de moins en moins performant.

    Parallèlement, certains services jusqu’à présent offerts par l’éducation nationale sont privatisés (formation des profs, soutien scolaire, cantine, matériel pédagogique…)

    SALAIRES

    Depuis 2000, les traitements de la Fonction Publique ont perdu 9% de pouvoir d'achat.

    La perspective est le gel des salaires... pendant 3 ans, voire plus est inacceptable.

    RETRAITES  Le gouvernement s’appuie sur la démographie et la « crise grecque » pour faire passer sa réforme. On entend en boucle depuis des mois les trois éléments qu’il serait urgent de modifier, à nos dépens, pour « sauver les retraites » : • Augmenter la durée des cotisations : aujourd’hui, nous devons déjà travailler 42 ans, il est question d’aller jusqu’à 45, et d’appliquer les 42 à ceux nés en 1950 ! • Retarder l’âge minimum légal de départ à la retraite à 62, 63 ans • Augmenter les cotisations des salariés, (pas celles des employeurs !). Cette augmentation reviendrait à une diminution de salaire d’environ 5%. Ce dernier point touchant directement au porte-monnaie est celui qui est le moins mis en avant. Le gouvernement prétend refuser la baisse des pensions. Il ment.  Beaucoup d’entre nous partiront sans avoir suffisamment d’annuités pour toucher une pension à taux plein. C’est inacceptable d’autant plus que le chômage touche toutes les catégories fragiles : • 6 salariés sur 10 sont hors emploi au moment de liquider leur pension, • l’âge du premier emploi stable est actuellement de 27 ans, • les femmes sont pénalisées parce qu’elles ont plus souvent des carrières précaires. Pour imposer ses choix, le gouvernement cherche à opposer les salariés du public et du privé et à diviser les organisations syndicales.  D’autres solutions existent. Ce n’est pas aux salariés, du public comme du privé de payer. La productivité d’aujourd’hui génère suffisamment de profits pour financer les retraites. Comme dans les autres secteurs, l'Etat, en supprimant des postes, diminue l’apport d’argent consacré au paiement des pensions. Il faut préserver le Code des pensions et revenir à un départ à 60 ans, avec 75 % des six derniers mois, après 37,5 années de cotisation. C’est un autre partage des ressources qu’il faut imposer. La réforme des retraites, comme toutes les réformes mises en place par le gouvernement, aura pour conséquences une dégradation sans précédent de nos conditions de vie, il est de notre responsabilité d’organiser une réponse à la mesure de ces attaques. Avec le PRG d'autres voies sont possibles.

  • Tempête sur la plage de l'identité nationale

    Gros temps sur la notion d'être ou de ne plus être Français.

    Le Président de la République qui s'encanaille des idéaux xénophobes des Le Pen's, pour s'enrichir des 10% de son électorat. C'est vraiment un triste coup de soleil sur nos plages françaises, pendant que nous barbotons entre clapotis et bronzette intégrale, notre représentant élu au suffrage universel fait des siennes. Ces excès de paroles ont eu au moins un avantage pour le gouvernement : Eric Woerth est enfin en vacances, on ne parle plus de lui, comme quoi, une vague chasse l'autre et efface les pas sur le sable chaud de nos congés payés.

    Revenons à nos moutons ... Pourquoi rejetter l'autre ?

    Pourquoi faire peur avec l'idée de l'autre ? L'autre, celui qui nous enrichi, celui qui nous aide à avancer dans la société. Nous sommes tous tributaires de l'autre. Le sketch de l'humoriste Fernand Raynaud avec l'étranger qui était en fait, le seul boulanger du village, nous a montré le chemin.

    Aurions-nous perdu ce chemin ? Pourquoi nous nous sommes égarés ?

    Chacun, chacune vivons dans un monde de plus en plus dur. Les places de travail sont de plus en plus chères et la société Française accompagnée par le progrès est passée en moins de 30 ans, d'une société à gestion nationale sur beaucoup de points à une gestion internationale. Les effets d'annonces dans la presse nationale des larcins et autres cambriolages ou incivilités en tous genres prennent un accent américain.

    La France deviendrait puritaine, l'étranger dehors avec son lot de méfaits ou délits. Les gouvernants actuels sombrent dans des raccourcis dangereux pour l'unité nationale et la cohésion sociale.

    De tous temps, la France, d'abords colonnnialiste a chercher l'apport des autres pays pour s'enrichir.

    En 1954, Le Général de Gaulle n'avait-il pas créé au sein de son gouvernement un ministère de l'immigration pour permettre aux entreprises qui le souhaitaient de faire appel à de la main d'oeuvre émigrée. A l'époque les grandes entreprises payaient une taxe  à ce ministère pour avoir la possibilité d'embaucher cette main d'oeuvre. Notre société aurait donc changé à ce point ! Nous serions passés d'une société tournée vers les autres à une société individualiste, peureuse, en manque de création, prête a ressortir les fantômes des années 40.  Notre chance est devant nous, ne laissons pas quelques hommes qui n'ont même plus une stature d'hommes d'état défaire ce que nos parents nous ont légués.

    Notre République est une et indivisible, ouverte sur le monde même si celui-ci a changé, nous pouvons être encore créatifs et croire en un avenir meilleur pour celles et ceux qui n'ont pas eu la chance de naître avec notre identité.

    Les défis sont ailleurs. Ne cherchons pas inlassablement des boucs émissaires à tous nos maux ou du moins pas comme cela, Monsieur le Président, vous êtes à la limite de votre devoir.

    Vous divisez pour mieux régner, mais à jouer avec le feu, vous allez vous brûler et vous ne trouverez pas les 529 parlementaires qui vous donneront les pleins pouvoirs comme ce fut le cas pour Pétain.

    Alors arrêtez de prendre toujours des décisions en état de crise car ce n'est pas comme cela qu'il faut gérer un pays.

    Gérer, c'est prévoir et vous avez été élu pour gérer la France, ce que vous ne faites pas.

    Pour mémoire voici la liste de ceux qui, députés et sénateurs, refusèrent le 10 juillet 1940 d'accorder les pleins pouvoirs au Maréchal Philippe PÉTAIN (au Casino de Vichy).
    Hommage à eux, Ils ont fait la grandeur de l'idée française : Ils ont honoré la République.

    • ASTIER Marcel (sénateur - Ardèche - Gauche démocratique)
    • AUDEGUIL (Jean-)Fernand (député - Gironde - Socialiste SFIO)
    • AURIOL Vincent Jules (député - Haute-Garonne - Socialiste SFIO - futur président de la 4ème République)
    • BACHELET Alexandre (sénateur - Seine - Socialiste SFIO)
    • BADIE Vincent Henri (député - Hérault - Radical-socialiste)
    • BÉDIN Camille Fernand (député - Dordogne - Socialiste SFIO)
    • BENDER Émile (sénateur - Rhône - Gauche démocratique)
    • BIONDI Jean (député - Oise - Socialiste SFIO)
    • BLUM Léon (député - Aude - Socialiste SFIO – n’a pas terminé son mandat)
    • BONNEVAY Laurent Marie Benoît (député - Rhône - Alliance des républicains de gauche et des radicaux )
    • BOULET Paul Marie Maurice (député - Hérault - Parti de la jeune République )
    • BRUGUIER Georges (sénateur - Gard - Socialiste SFIO)
    • BUISSET Séraphin Léopold (député - Isère - Socialiste SFIO)
    • CABANNES Gaston Marie Léon (député - Gironde - Socialiste SFIO)
    • CAMEL François (député - Ariège - Socialiste SFIO - n'a pas achevé son mandat - Mort pour la France)
    • Marquis de CHAMBRUN Pierre (sénateur - Lozère - Non inscrit)
    • CHAMPETIER de RIBES Auguste (sénateur - Basses-Pyrénées - Non inscrit)
    • CHAUMIÉ Pierre (sénateur - Lot-et-Garonne - Gauche démocratique)
    • CHAUSSY Arthur (député - Seine-et-Marne - Socialiste SFIO)
    • COLLOMP Joseph Victorien (député - Var - Socialiste SFIO)
    • CRUTEL Octave Louis Charles Célestin (député - Seine-Inférieure - Radical-socialiste )
    • DAROUX Pierre (député - Vendée - Radical-socialiste )
    • DELOM-SORBÉ Maurice Marie Joseph (député - Basses-Pyrénées - Gauche démocratique et radicale indépendante )
    • DÉPIERRE Joseph (sénateur - Rhône - Groupe socialiste – SFIO)
    • DORMOY Marx (sénateur - Allier - Groupe socialiste – SFIO)
    • ELMIGER Alfred (député - Rhône - Gauche indépendante )
    • FLEUROT Paul (sénateur - Seine - Gauche démocratique)
    • FOUCHARD Émile (député - Seine-et-Marne - Communiste)
    • FROMENT Édouard (député - Ardèche - Socialiste SFIO)
    • GIACOBBI Paul (sénateur - Corse - Gauche démocratique)
    • GODART Justin (sénateur - Rhône - Gauche démocratique)
    • GOUIN Félix Jean (député - Bouches-du-Rhône - Socialiste SFIO)
    • GOUT Henri (député - Aude - Radical-socialiste)
    • GROS Louis (sénateur - Vaucluse - Groupe socialiste - SFIO)
    • GUY Amédée (député - Haute-Savoie - Socialiste SFIO)
    • HENNESSY James (sénateur - Charente - Union démocratique radicale - décédé en 1945)
    • HUSSEL Lucien Joseph (député - Isère - Socialiste SFIO)
    • ISORÉ André (député - Pas-de-Calais - Radical-socialiste)
    • JARDON Eugène (député - Allier - Communiste)
    • JAUBERT (Jean-)Alexis (député - Corrèze - Radical-socialiste)
    • JORDÉRY Claude (député - Rhône - Socialiste SFIO - Mort pour la France)
    • LABROUSSE François (sénateur - Corrèze – Gauche démocratique)
    • LE BAIL Albert (député - Finistère - Radical-socialiste)
    • LECACHEUX Joseph (député - Manche - Alliance des républicains de gauche et des radicaux)
    • LE GORGEU Victor (sénateur - Finistère – Gauche démocratique )
    • LUQUOT Justin (député - Gironde - Union socialiste et républicaine)
    • MALROUX Augustin (député - Tarn - Socialiste SFIO - Mort pour la France)
    • MANENT Gaston (député - Hautes-Pyrénées - Radical-socialiste)
    • MARGAINE Alfred (député - Marne - Radical-socialiste)
    • MARTIN Léon Achille (député - Isère - Socialiste SFIO)
    • MAUGER Robert (député - Loir-et-Cher - Socialiste SFIO)
    • MENDIONDOU Jean (député - Basses-Pyrénées - Gauche indépendante)
    • MOCH Jules (député - Hérault - Socialiste SFIO - n'a pas terminé son mandat)
    • MONTEL Maurice Aimé Louis Joseph (député - Cantal - Gauche indépendante)
    • Marquis de MOUSTIER Léonel Marie Ghislain Alfred (député - Doubs - Républicains indépendants et d'action sociale - Mort pour la France)
    • MOUTET Marius (député - Drôme - Socialiste SFIO)
    • NICOD René (député - Ain - Communiste)
    • NOGUÈRES Louis (député - Pyrénées-Orientales - Socialiste SFIO)
    • ODIN Jean (sénateur - Gironde – Gauche démocratique)
    • PAUL-BONCOUR Joseph (sénateur - Loir-et-Cher – Gauche démocratique)
    • PERROT Jean (député - Finistère - Radical-socialiste)
    • PÉZIÈRES Georges (sénateur - Pyrénées-Orientales – Groupe socialiste - SFIO )
    • PHILIP André Louis (député - Rhône - Socialiste SFIO)
    • PLAISANT Marcel (sénateur - Cher – Gauche démocratique)
    • (TANGUY-)PRIGENT François (député - Finistère - Socialiste)
    • RAMADIER Paul (député - Aveyron - Socialiste SFIO)
    • RAMBAUD Joseph Paul (sénateur - Ariège – Gauche démocratique )
    • RENOULT René (sénateur – Var – Gauche démocratique)
    • ROCHE Léon Pierre Laubanie (député - Haute-Vienne - Socialiste SFIO)
    • ROLLAND Camille (sénateur - Rhône Gauche démocratique)
    • ROLLAND Jean-Louis (député - Finistère - Socialiste SFIO)
    • ROUS Joseph (député - Pyrénées-Orientales - Socialiste SFIO)
    • ROY Jean-Emmanuel (député - Gironde - Radical-socialiste)
    • SÉNÈS Henri (sénateur - Var - Groupe socialiste - SFIO)
    • SERRE Philippe (député - Meurthe-et-Moselle - Parti de la Jeune République)
    • SIMON Paul (député - Finistère - Démocrate populaire)
    • THIÉBAUT Gaston Marie Léon (député - Radical-socialiste)
    • THIVRIER Isidore Joseph (député - Allier - Socialiste SFIO - Mort pour la France)
    • TRÉMINTIN Pierre Marie Jacques Nicolas (député - Finistère - Démocrate populaire)
    • ZUNINO Michel (député - Var - Socialiste SFIO)