Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

J-Louis LARENG, 3 ème circonscription de la Haute-Garonne

  • Un projet fiable pour l'avenir. La candidature D'Arnaud MONTEBOURG doit être prise au sérieux pour éviter un nouveau "21 avril".


    Au delà des blancs bonnets et bonnets blancs que les médias nous servent à chaque info, il y a un projet pour vivre ensemble, un projet pour redonner un rayonnement à la France. Une envie de vivre autre chose. C'est le moment de se souvenir du 10 mai 1981, de l'explosion de joie et de l'espérance des Français, ouvrons-nous au projet ambitieux mais réaliste d’Arnaud Montebourg.
    Le changement attendu, rêvé et voulu est à notre porte, l’heure du compte à rebours a commencé. C’est la conception même, que l’homme se fait de lui-même et de son insertion dans le monde et dans le temps qui est au coeur du projet. Changer de modèle économique, c’est inventer de nouveaux rapports entre nous, c’est inventer un autre homme, un autre modèle d’humanité sur la tombe de l’homo-économicus.
    Notre futur sera dans un nouveau modèle de développement et une philosophie qui délaissera la pyramide de Mashlow au profit d’une qualité de vie. Nous serons amenés dans un horizon plus ou moins lointain à des choix de comportements raisonnables, tant pour l’être que pour la nature.
    Cette stratégie du changement à conduire s’adresse d’abords à nos manières concrètes de vivre, produire et consommer, (nous loger, nous chauffer, nous déplacer, travailler, construire, partir en vacances… en un mot raisonner dans nos actes quotidiens).
    Nous devons pour cela combattre les intérêts financiers et trouver des solutions de remplacement dans nos ressources naturelles.
    Mais à quel prix et qui doit payer ?
    Le besoin politique sera grand, le besoin politique est grand. C’est dans le cadre des 100 propositions d’Arnaud Montebourg que nous pourrons combattre le conservatisme, l’immobilisme et axer nos actes sur une remise en question de nos certitudes, (le pari sur la croissance éternelle et le productivisme pour résorber les inégalités est-il encore efficace ?)
    Oui aujourd’hui encore et toujours la notion d’équilibre doit être trouvée au travers d’ententes préalables. Nous devons cheminer pour agir, penser, produire et consommer différemment. Les choix d’Arnaud Montebourg dessinent des chemins politiques de cette métamorphose, c’est le rôle du politique et des puissances publiques. Nous avons à réinventer nos vies et tout ne se fera pas en une nuit du mois d’Août, mais tout dépend de nous… Tout dépend de vous. Choisissez Arnaud Montebourg pour donner une nouvelle espérance à notre jeunesse, l’envie d’avoir envie.

  • Notre jeunesse doit se réapproprier le devoir d’espérance dans une nouvelle organisation du monde.

    Il est confortable de penser que nos démocraties séculaires ne peuvent pas bouger car trop de libertés sont déjà dans l’ordre du possible. L’alliance des conservatismes Européens est en marche. L’islamophobie rampante est banalisée, les traumatismes d’une expérience révolutionnaire et démocratique dans les pays du Maghreb nord méditerranéen ne sont qu’un balbutiement de guerres qui n’en portent pas le nom. Méfions-nous de ces révolutions dans le monde arabe qui nous détourne de l’espoir et de l’utopie de la valeur humaine.
    La peur de l’autre et de son monde étranger, devient le prétexte insoutenable à la défense du statu quo. S’il existe des inquiétudes légitimes quant à l’avenir, ou plutôt au devenir des différents régimes qui s’effondrent aujourd’hui. Il n’est pas acceptable de faire prévaloir la peur sur l’espoir. La démocratie est un droit pour tous les êtres humains et c’est plutôt dans le sens du devoir que nos gouvernances devraient par la voix de médiateurs internationaux diriger les changements en gestation. La démocratisation en mouvement doit permettre à chacun d’améliorer le sort d’un pays, d’une nation d’hommes et de femmes.
    Notre responsabilité est immense, ne nous berçons pas d’une prude musique et trop de silence qui laisseraient les dictateurs massacrer impunément les femmes et les enfants de terres pas si lointaines.
    Ces dirigeants piétinent des valeurs gravées sur les façades de nos bâtiments publics. Ces valeurs gagnées aussi dans la douleur de nos ancêtres, nous rappellent les heures sombres de la terreur par exemple. Mais nous savons aujourd’hui que malgré les soubresauts de l’histoire la liberté est une valeur qui donne une force et une détermination au peuple tout entier.
    C’est un choix de civilisation qui s’offre au monde. La construction de ces destins manque encore de prospective.
    Les soubresauts de violence incontrôlée dérèglent les délibérations démocratiques. En dépassant le devoir d’ingérence et en proposant les pierres angulaires de notre République, nous pourrions inventer un devoir d’espérance en formant les élites et promouvoir un pluralisme politique autour et avec des médias libres d’exercer en toute sécurité. Voilà à quelle tâche, nous devrions nous atteler, accompagner ces révolutions en agitant nos consciences pour retrouver une harmonie et donner à chacun la joie de vivre dans la paix.